browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Halloween 2017

Posted by on novembre 1, 2017

LES PETITS « ZOMBIES » ONESIENS NE TOMBENT PAS LES MASQUES

Ni le froid ni la cherté des déguisements n’effraient les jeunes onésiens pour faire la chasse aux bonbons. J’ai suivi un groupe de jeunes adeptes d’halloween. Au bout du compte, leur récolte a été fructueuse.

Des cris de joie percent le voile noir de la nuit de ce mardi 31 octobre. Des  hordes de petits fantômes surgissent des quatre coins de la commune. Ils envahissent les rues, les avenues, même des parcs pour fêter avec faste Halloween. Tradition oblige, ils se parent tantôt de tenues effrayantes et amusantes, tantôt des costumes originaux. Ainsi, certains fêtards ont parfois du mal à reconnaître leurs collègues grimés.  Dans le petit groupe mixte que je suis, la plus âgée a 10 ans alors que la plus jeune en a 3. « Nous devons d’abord visiter ce bâtiment en face de nous avant d’envisager d’aller à la place du 150è… » Suggère un membre du groupe.  En général, les enfants acquiescent la  première idée lancée par un de leur collègue. Les points de désaccord sont rares. Ils se filent des codes d’entrée de bâtiment. A notre conteur, plusieurs kilomètres réalisés, en marchant, empruntant les escaliers et parfois les ascenseurs.

Les comptes sont bonbons

Les commerçants peuvent se frotter les mains en réalisant un bon chiffre d’affaires. Du côté des enfants, nombreux peuvent s’estimer heureux à l’issue de cette fête folklorique et païenne originaire des îles Anglos-Celtes. A l’image de mon groupe, la majorité des chasseurs de sucreries que j’ai interviewés se disent contents de voir leurs sacs remplis de friandises ; d’autres sont même plein à craquer. A chaque fois que l’on sonne, en général, il y a toujours une personne qui nous ouvre la porte et finit par glisser des bonbons dans les sacs. Certains Onésiens ont aussi fait preuve de générosité remarquable. « Désolé, les enfants je n’ai pas eu le temps d’acheter des bonbons, vous pouvez faire vos courses tout seuls » déclare avec enthousiasme ce monsieur qui remet un billet de 10 Fr à mon groupe.

Un peu plus tard dans la soirée, les « zombies » regagnent un à un leur lit, laissant la place aux morts. Ces derniers ne font pas la chasse aux bonbons, mais sont plutôt fiers de voir les humains consacrer la journée du 1er novembre en leur mémoire.

Anderson Makedi

 

Commentaires fermés